Affichage des articles dont le libellé est Luis Reynaldo Pérez. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Luis Reynaldo Pérez. Afficher tous les articles

mardi 10 juin 2014

passe-temps




quand la ville ferme ses yeux au bord de l’horizon
et que la nuit se déchire sur les rues vides,
j’aime sortir chasser des mots, les attraper entre mes mains.
les ressentir comme elles respirent entre mes doigts,
les rapprocher de mes oreilles,
écouter leurs ordres
et, comme un zombi,
répandre des vers sur les murs,
sur le corps tiède des putains de la rue El Conde,
sur les chiens bâtards qui fouillent les ordures sur le vent,
courir quand les premiers rayons du soleil violent les toits,
attendre à ce  que l’obscurité recommence à se mettre entre les pores de concret
pour aller chasser encore une fois.


Version originale en langue espagnole disponible ici: http://contratiempo.net/2012/05/luis-reynaldo-perez/




Luis Reynaldo PÉREZ est l’un des représentants les plus saillants de la dernière génération de poètes dominicains. L’espace urbain constitue pour lui un univers d’exploration incessant, centre véritable d’une quête simultanément poétique et existentielle. Prix de poésie Pedro Mir 2012, octroyé par la Fondation Globale Démocratie et Développement (FUNGLODE), avec son poème intitulé Urbania. À part ce dernier, il a publié, entre autres titres, Toda la luz (Toute la lumière, 2013), Temblor de lunas (Frisson de lunes, Prix Unique au Premier Concours National de Haïku, 2013), Poemas para ser leídos bajo la lluvia (Poèmes à lire sous la pluie, 2012), etc.