samedi 19 novembre 2011

Personne qui est quelqu’un


Personne qui est quelqu’un vocifère des alcools imprononçables, salit six sonates, plâtre un rire aux éclats, blasphème une métaphore. Quelqu’un ; une épouvante, une rumeur ayant un corps peut-être qui n’est pas le lutin vert de la chlorophylle ni le lutin décent du miel d’abeilles ; il salit cette minute, frappe la paix aux côtes gauches, maudit, dédit. Personne qui est quelqu’un fête une hépatite et un duel pour que, plus tard, une gérance de mouches amuse une paupière qui chôme. Personne qui est quelqu’un sème un ophidien, une tristesse, un fruit pourri dans l’esprit.

Le texte en espagnol est disponible ici: http://elpendulodevidrio.tripod.com/id4.html

Pedro Pablo FERNÁNDEZ (1953) est né a San José de Ocoa, République Dominicaine. Poète, essayiste et journaliste, il travaille en publicité depuis 1978. Membre fondateur du groupe « Y punto » (« Un point c’est tout »), intégré par des poètes dominicains des années 70. En poésie, il a publié jusqu’à présent : Fragmentations (Fragmentations, 1981) ; Presencia & monólogo (Présence & monologue, 1983) ; Sístole diástole (Systole diastole, 1986), Veinte pop emas rockmánticos (Vingt pop èmes rockmantiques, 1986), Agua lírica (Eau lyrique, 1996) et Porque chocolate (Parce que chocolat, 1996)