mardi 6 septembre 2011

La tanière. Texte rhizomatique






A Sandra Hued Namías

« J’ai fini la tanière et il semble qu’elle est bien faite » Franz Kafka



Il y a des animaux qui effacent leurs traces en entrant et en sortant de leur tanière.
Aucune créature de cette espèce astucieuse ne m’habite. Jamais !

Quand une gueule pénètre dans mon ventre humide
(–L’Autre est venu, Quelqu’un, le Client ! –me dis-je
des organes étranges lentement me palpent.

Témoin discret des bas fonds
de ma vie non décrite, dégoulinante,
il pense et explore ma solitude archaïque
de terre originaire.

Alors, moi, tanière taciturne,
Je tremble et attends…
----------------------------------------------------------------------------------

Le mâle entre le premier, suivi par la femelle.
Ils flairent cauteleux la pénombre, se crient doucement
leurs meilleurs messages troubles…

Emportés par la furie sexuelle dans leur orifice profond
les clients copulent.
Couverts par la vapeur dense et fougueuse de leurs instincts
Ils ne craignent les dents des prédateurs froids. Jamais !
----------------------------------------------------------------------------------
Et toi, Troisième, qui es-tu?
----------------------------------------------------------------------------------

Je change maintenant et je lance –fatalité sanglante–,
mes traces incertaines dans la boue.
Un coup de peur n’abolira pas la mort.

Je me débarrasse en silence de mon ombre. C’est la haute nuit.
Il ne reste au seuil de la tanière qu’un éclat
neutre de lettres…

Et ce sera l’Autre, peut-être, qui déchiffrera les diagrammes du rhizome :
des traces,
gradients et vecteurs de la fugue
comme sur la toile magique d’un peintre chamanique.

Je poursuis à celui qui me poursuit et je m’offre sans décence
–victime ardente ignorée en sacrifice horrible–,
à la morsure de couleuvre nocturne  –imposante, sacrée
épouvantable.
Tu ne l’imagines pas, œil de la surface, tu ne peux pas le concevoir !

En connexion intense avec la trame obscure de la chair,
la tanière c’est le trou qui palpite, ô terrible homme des rats !
avec des souffles et des écritures profanées.

En elle, lentement,
des créatures bestiales de phosphore innommable
brillent des jouissances de l’abîme, des transfigurations tangibles.

Quelques fois,
cherchant la vérité refoulée de son origine/ secrètement quelqu’un
vient
aux égouts, aux toilettes et aux vieux escaliers.
Seuils où la vie dialogue silencieusement avec l’incertitude.
----------------------------------------------------------------------------------

Mais ça suffit déjâ de préambules :
Je suis la Tanière féroce qui écrit maintenant son mystère!

Je dépèce les corps animaux qui m’habitent.
Je crache avec furie leur tragédie banale et les os
des êtres insondables.

Or tu n’as rien à craindre, bestiole de l’exil.
Tu n’as qu’à prendre soin de ma tendresse.

Je suis la bouche ensanglantée de Christ dans la caverne!


Le texte en espagnol est disponible ici: http://cazadordeagua.blogspot.com/2011/04/la-guarida.html

Armando ALMÁNZAR BOTELLO (1956). Né à Higüey, en République Dominicaine, il est psychologue clinicien, poète et essayiste. Il a commencé à écrire des poèmes vers la deuxième moitié des années 1970. Le texte original écrit en langue espagnole de son poème  "La guarida. Texto rizomático" ("La tanière. Texte rhizomatique" a été publié le 11 avril 2011 dans son blog intitulé "Cazador de agua" ("Chasseur d'eau"), disponible à l'adresse suivante:  http://cazadordeagua.blogspot.com/