mercredi 20 juillet 2011

La magie noire, René Magritte



Il y a des femmes qui se contaminent de mer ou de ciel
rien qu’à se poser sur un balcon marin, et alors
elles se teignent de bleu et de tristesse.

Il y a des femmes qui possèdent cette tristesse statuaire
sans avoir besoin de feindre
et on ne sait pas alors que faire
si les aimer –même au risque du contagion–
ou  les perdre pour toujours dans leur rêve bleu,
comme si tout le désir formait des puits
dans leur pubis noir et magique.

Fernando VALERIO-HOLGUÍN. Extrait de Poemas al óleo (Poèmes à l'huile), 2010.