samedi 23 juillet 2011

Carnaval



à l’aube nous avons apporté le passé
nous avons échangé nos visages dans le vide
on a mangé le pain d’un autre temps
mélancolie épouvantable
                  au début de la fête

nue
la mémoire se targue
de la fraîcheur de ses jambes
tout est réel si la fantaisie existe
cet homme qui supporte le poids de ses jours
se regarde par dédans
                   et son regard colle dans l’oubli

voilà la présence de l’être dans la
                              raison
de nous ressembler aux couleurs
lorsque nous nous déguisons en nous-mêmes


Pastor DE MOYA (1965). Né à La Vega, République Dominicaine. Poète, narrateur et artiste plastique marqué par le sens surréaliste de la vie, il a publié, en  1985, El humo de los espejos (La fumée des miroirs); en 1999, Alfabeto de la noche (Alphabet de la nuit) ; en 2011, La piara (Le troupeau de porcs).