vendredi 6 novembre 2009

La pensée est la consommation
de la chair



Les ruines possèdent la circularité de la folie
Leur sphincter décompose des profondeurs gnomiques
Des livides tantales dissemblables lévitent
Tels de visions qui remontent au concept
Et organisent des cerveaux dans l'Idée

Quels méandres incubent les amoureux
en rapprochant leurs lèvres ?

Instant instant

Le plaisir résout des délices aux corps
Avec de sobres bouillons de suicides
Qui transfigurent sur la poitrine le syllogisme de la joie

La pensée est la consommation de la chair

Plinio CHAÍN (1959). Poète, critique de poésie et d'art et professeur universitaire né à Saint-Domingue. Le poème ci-dessus est extrait de: Consumación de la carne (Consommation de la chair). Saint-Domingue: Bibliothèque Nationale, 1986, p. 17.